Facebook

Attention et tensions des primaires


Décidément les primaires socialistes suscitent à la fois l’attention et des tensions. Attention des Français qui ont regardé en grand nombre- plus de 5 millions de téléspectateurs-le débat télévisé qui rassemblait autant qu’il n’opposait les candidats socialistes et radical à la candidature présidentielle. Attention confirmée par les différents sondages qui ont suivi l’émission. Mais aussi tensions entre les dits candidats au fur et à mesure que l’échéance des 9 et 16 octobre approche. Et surtout tensions entre les deux favoris, François Hollande, nettement en tête et Martine Aubry. Les deux candidats et leurs entourages respectifs multiplient les piques et les petites phrases critiques. Les oppositions personnelles prenant d’autant plus de place que les différences politiques et idéologiques entre les deux impétrants sont bien minces. Tout en s’en défendant, Dominique Strauss Kahn, s’est bien immiscé dans la campagne lors de sa fausse confession télévisée. En affirmant qu’il y avait bien eu un pacte entre Martine Aubry et lui, il a instillé sa goutte de poison, faisant la démonstration de sa capacité de nuisance à l’encontre de la famille socialiste. Reste à voir si les dirigeants du PS pourront résister jusqu’au bout à la tentation du jeu de massacre personnel dont ils ont le secret et qui explique, en partie, pourquoi plus aucun président de gauche n’a été élu depuis 1988. Mais on n’en pas là et l’inconnue demeure bien pour l’instant l’ampleur de la participation aux primaires qui devrait légitimer le candidat socialiste. Et peut-être compenser la frustration de certains militants privés par l’instauration des primaires du privilège de désigner leur candidat. Dans l’immédiat, les socialistes auront l’occasion de resserrer les rangs. Ce dimanche, en effet, auront lieu des élections sénatoriales qui pourraient permettre à la gauche d’être majoritaire dans la Haute assemblée pour la première fois dans l’histoire de la Ve République. La moitié des sénateurs seront renouvelés. Les divisions de la droite comme les bons résultats de la gauche aux derniers scrutins locaux qui fournissent les grands électeurs pour le sénat, mettent celle-ci en position favorable. A sept mois des présidentielles, une victoire permettant à un socialiste de devenir le second personnage de l’état et de bloquer plus d’un projet gouvernemental ne serait pas négligeable.

Réagissez