Facebook

La disponibilité généreuse de Pierre Mertens


J’ai contacté Pierre Mertens à deux reprises, alors qu’il ne me connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Je venais de terminer une traduction du roman « Flächenbrand » de l’écrivain Max von der Grün, – en français « Nappe de feu » publié chez Messidor (disparu depuis) – que j’avais entreprise sans contrat, car j’ignorais tout du milieu de l’édition. Même l’auteur m’avait mis en garde contre le risque que je prenais de traduire un roman sans contrat avec un éditeur. J’ai décidé alors d’envoyer le manuscrit à Pierre Mertens, parce que je connaissais et appréciais ses textes et sa rubrique littéraire dans Le Soir, me disant que je n’avais rien à perdre, qu’on verra bien, et que  je risquais tout au plus de perdre 200 ou 300 feuilles de papier. Que ne fut pas ma surprise de recevoir – assez vite – une réponse, avec des suggestions de modifications dans le texte, et des encouragements dans la recherche d’un éditeur. J’ai été très ému de constater qu’un homme certainement très sollicité, et très occupé, ait pris le temps de lire et même d’apporter des corrections au texte qu’un inconnu lui avait envoyé par la poste!
Je n’ai pas hésité à récidiver avec l’envoi du manuscrit de mon roman Les tambours de Louis , alors qu’on ne s’était toujours pas rencontré. Il a lu le texte une fois de plus, et m’a écrit pour me dire qu’il était « assez emballé » par mon roman. Il m’a dés lors apporté son soutien dans la longue recherche d’un éditeur. C’est grâce à son soutien, sans doute, que l’Académie de Langue et de Littérature a octroyé une aide à l’édition, qui a abouti à la publication du roman aux Editions namuroises. Je tenais à apporter ce témoignage. Pierre Mertens est un homme généreux. C’est précieux.

Lucien Putz.

Réagissez