Facebook

La Théorie du Grain de Sable en intégrale


L.10EBBN001890.N001_THEOgIN13_C_FRLa Théorie du Grain de Sable, Casterman, 128 pages, 20 €

La parution en septembre 1983, il y a presque 30 ans, des Murailles de Samaris, marque un jalon dans l’histoire de la bande dessinée moderne. Avec ce premier tome des Cités Obscures, qui compte aujourd’hui une quinzaine de titres très divers (dont un DVD), tous de très grande qualité, le tandem François Schuiten-Benoît Peeters a projeté leur art sur des voies inédites qu’il n’a jamais quittées. Paru en 2007 et 2008 en deux tomes au format à l’italienne, réédité en 2009 en intégrale sur très grand format cartonné (comme d’autres Cités Obscures), La Théorie du Grain de Sable reparaît en un seul volume au format habituel. L’occasion de (re)découvrir l’un des récits les plus troublants de la collection.
21 juillet 784. Inexplicablement, dans un immeuble de Brüsel, s’infiltre du sable en quantités de plus en plus importantes sans que la jeune locataire de l’appartement ne comprenne d’où il vient. Dans un logement voisin, un vieil homme trouve des pierres blanches. Un restaurateur perd du poids sans pourtant maigrir, au point de ne plus pouvoir toucher le sol, etc. Ces événements ont-ils un lien entre eux? Sont-ils liés à la visite, puis à la mort accidentelle du haut dignitaire d’une tribu lointaine? Une spécialiste des faits insolites, qui n’est autre que Mary von Rethan, l’enfant penchée héroïne de deux autres Cités Obscures, tente de comprendre. Mais, pendant ce temps, les choses s’aggravent.
Dans cette histoire portée par un dessin noir et blanc sublime, ce qui frappe c’est le mélange de fantastique et de quotidien. Plus précisément, la façon dont l’inimaginable s’ancre dans une forme d’explicable. Non pas que tout soit pleinement rationnel, absolument compréhensible, mais il suffirait d’un rien pour que ça le devienne. Ce n’est donc ni du fantastique, ni du merveilleux mais une distorsion du réel qui reste encore du réel. A ce titre, cet album apparaît comme la quintessence de cette œuvre majeure.

Étiquettes : , , , ,

Réagissez