Facebook

Le monde comme il se wallonise, 27,4


C’est peu de dire qu’on ne trouverait dans cette chronique aucune trace du populisme qui répand ses lourdes vapeurs partout, notamment en Europe. Dans la polémique sur Publifin, révélée ces jours-ci, où des mandataires communaux wallons ont touché un pactole pour quelques réunions par an, il faudrait donc se démarquer de la présentation des journaux qui, à leur manière sensationnaliste coutumière, ont résumé l’affaire en calculant cruellement les montants gagné à la minute de présence de chacun des membres de cette dispendieuse intercommunale, et qui vont jusqu’à 517 euros brut – et même 22.875 euros (le montant total perçu) pour une mandataire qui n’a participé à aucune des 8 réunions prévues.

Evidemment, c’est facile… Mais aussi, pourquoi donner prise à un tel assaut ? Il faudrait déduire de ces révélations que ces mandataires vérifient rarement l’état de leurs comptes, ou qu’ils étaient dans l’ignorance totale de l’ampleur de leurs émoluments en acceptant de siéger : mais les deux hypothèses, en toute logique, devraient être impossibles. Maintenant, quelques-uns se sont engagé à tout rembourser ou à faire don des montants en question à des actions caritatives : n’y aurait-il pas là une forme de réaction populiste, certes contrainte et forcée par les circonstances ?

Il est vrai qu’il fallait bien faire quelque chose, puisqu’ils ne pouvaient même plus démissionner, la structure ayant été tout simplement démantelée par sa tutelle…

Réagissez