Facebook

Le monde comme il s’en va, 24,11


Avec Fillon, il s’agira de filer droit…

Pas à dire, c’est vraiment ce qu’on attendait, c’est exactement ce qui manquait : un programme qui s’articule autour de la sempiternelle trinité : famille, identité, libéralisme : c’est-à-dire trois modèles traditionnels qui n’admettent pas grand-chose à côté d’eux…

En tout cas, on peut d’ores et déjà dire que François Fillon, au contraire d’un ancien Premier Ministre, est « un austère qui ne se marre pas », et qui ne fera pas marrer grand-monde. Là-dessus, les 13 candidats, avoués, inavoués ou putatifs de la gauche française tomberont d’accord à l’unanimité : même si c’est lui qui, comme Sarkozy en 2007, cite sans vergogne Antonio Gramsci, théoricien communiste, qui proclamait qu' »il n’y a pas de victoire électorale sans victoire idéologique ».

Réagissez