Facebook

Le monde comme il s’en va, 66


Dans la lutte contre les pics de pollution, comme en France cette semaine, un effort doit être demandé à tous, dans la mesure de ses moyens…

Si les particules néfastes stagnant au niveau du sol persistent à ne pas pouvoir être dispersées par le vent ou les turbulences de l’air, on aura un problème tamiflu cost. Autrement dit, il n’est plus question d’autoriser les lois de la physique à faire cavalier seul : il n’est plus possible de tolérer que, pendant la nuit, l’air au sol refroidisse, et que cet air froid demeure plus lourd que l’air chaud, contraignant ainsi les masses d’air polluées à rester près de leurs sources d’émission.

Si toutes les parties intervenantes n’en sont pas conscientes, on n’y arrivera pas !

Un vent nouveau doit aussi se lever dans ce domaine…

Réagissez