Facebook

Théorie de la vilaine petite fille, Hubert Haddad, Zulma


haddad

C’est toujours frappant de constater l’envergure romanesque des textes d’Hubert Haddad. Le dernier en date, Théorie de la vilaine petite fille n’y échappe pas : tout au long de ces 400 pages, on sent un souffle d’une grande intensité. Si on peut ne pas être sensible au spiritisme et à toutes ces théories scientistes d’une certaine Amérique du milieu du XIXe siècle, force est de constater l’érudition indéniable de ce panorama des sciences occultes. À signaler tout de même certaines circonlocutions qui alourdissent la lecture. Mais dans l’ensemble très bon roman avec une atmosphère habitée : « il se passe quelque chose » (n’est-ce pas ce qu’on demande à un roman ?).

Réagissez