À vos souhaits !

Un énorme « Atchaoum ! » comme dirait le capitaine Haddock en déchirant sa tente en plein blizzard dans Tintin au Tibet – cette citation minimale et approximative n’étant qu’un prétexte pour dire ma solidarité avec le reporter et avec le Congo au moment où l’on fait mine de découvrir qu’on pouvait être « raciste » en ce temps-là. Sans blague ? Eh oui, que voulez-vous, les grands classiques ont ceci de gênant qu’ils nous rappellent un temps où personne ne pensait comme nous aujourd’hui. « C’est même à ça qu’on les reconnaît », autre grand classique qui ressort en ce moment, et que je ne vous ferai pas l’injure de situer. Pourtant, la polémique Hergé fit long feu, il y avait plus urgent. La France venait de prendre froid. Ou plus exactement de ressentir les premiers frissons consécutifs à l’annonce impropre de la « pandémie » de grippe A. A comme apocalypse. Ce n’étaient pas encore des frissons de fièvre mais des frissons de frousse. La peur n’était pas de mourir – à la grande honte de ses dirigeants, il était bien plus dangereux de nos jours de travailler à France télécom que d’attraper le plus sale virus – la peur était de mal faire. Un préfet qui s’était rebellé contre son ministre Hortefeux pour une sombre affaire de propos racistes venait d’être mis à la retraite d’office, ce n’était pas le moment d’oublier le principe de précaution qui, comme toute charité, commence par soi-même. Alors ces auto proclamés « grands » serviteurs de l’Etat firent du zèle à qui fermerait le plus de classes, voire d’écoles à la première alerte. Les parents jadis posaient les thermomètres sur le radiateur pour sécher les cours, leurs enfants aujourd’hui étaient priés de rester à la maison au moindre frémissement du mercure. Un écolier éternuait et c’était toute la France qui s’enrhumait. Enfin, de la même façon que pour la noble cause de la prévention du cancer du sein, des femmes célèbres avaient consenti à enlever le haut dans une pub choc, il fallut trouver un volontaire people pour se moucher le premier : Christophe Hondelatte s’y colla qui dut faire ses devoirs cathodiques à la maison. Le bon pays de France revint alors à l’un des fondamentaux de l’éducation : « Mets la main devant ta bouche ! » On regretta seulement que personne n’ait intimé à temps cet ordre au même Hortefeux, ministre de l’Intérieur : cela nous aurait épargné des propos dignes de Tintin au Congo, mais bien contemporains, et bien choquants ceux-là. Une partie du peuple, celle qui bougeait encore, appela à sa démission. Eric Besson, ministre de l’Immigration (puisque cette République en avait un) ne s’était attiré lui que des moues affligées pour son doigt d’honneur qu’il croyait hors champ de la caméra. Du coup, on s’avisa en haut lieu qu’il était peut-être plus urgent de trouver un vaccin contre le dérapage A que contre la grippe éponyme. Jusqu’à mardi prochain !

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de