Échafaudages

Comme beaucoup de Bruxellois, je n’ai pas le souvenir d’avoir jamais contemplé le palais de justice sans échafaudages. Pourquoi ne pas les avoir démontés ? J’avais d’abord cru qu’un entrepreneur habile avait négocié un contrat assurant à ses enfants, à ses petits-enfants et à leurs descendants une concession de nettoyage à perpétuité. Eh bien, je me trompais ! Les mœurs de certaines municipalités wallonnes n’ont apparemment pas encore contaminé les autorités qui gèrent le temple de Thémis. Même si l’annonce par M. Demotte d’une rocambolesque et dérisoire Fédération Wallonie-Bruxelles fait craindre le pire pour l’avenir. Heureusement, les étiquettes ont une grande qualité : elles se décollent rapidement. Les échafaudages du palais c’est le contraire : ils sont restés si longtemps accrochés à la façade qu’il est désormais impossible de les décoller de la pierre dans laquelle ils se sont encastrés tels des animaux préhistoriques prisonniers de leurs gangues. Jadis, c’est le palais qui soutenait les échafaudages. Maintenant, c’est le contraire. Sans ses échafaudages, le bâtiment tomberait en poussière, paraît-il, aussi sûrement qu’une centrale atomique après le passage d’une catastrophe ou la forêt congolaise après le passage du prince Laurent. Quel symbole, tout de même. On pensait ce temple démesuré construit pour l’éternité, comme les pyramides, Manneken Pis ou le Colisée. Or, il n’est qu’un château de sable, prêt à s’écrouler sous le choc d’une marée un peu forte. Symbole de la justice que certains politiciens s’efforcent de démantibuler en partageant ses restes entre Flandre et Wallonie. Comme si les coups reçus depuis dix ans ne suffisaient pas à la fragiliser. Symbole aussi de la Belgique. Un coup de pattes, un peu trop de pression. Et, patatras ! il n’en restera rien. On se consolera en pensant que nos voisins français n’ont pas encore songé à s’occuper de nos malheurs. Et que leur président ne s’est pas rendu compte que la population civile de notre pays est menacée par la lutte que mènent clans du nord contre clans du sud. Ouf ! Si le président Sarkozy s’avise que le gagnant des élections de l’année dernière, Bart De Wever, ne parvient pas à poser ses fesses victorieuses sur le trône et qu’il décide de lui ouvrir la porte du 16 rue de la loi à coup de canon comme il vient de le faire à Abidjan pour le président Ouatara, à quoi ressemblera Bruxelles ? A la ville ravagée par les armées de Louis XIV jadis ! A tout prendre, je préfère que nos institutions ne tiennent plus ou moins debout qu’avec un peu de Scotch et que nous ne recevions de la Côte d’Ivoire que des cargaisons de chocolat…

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de