• alain

2020 : apres la catastrophe

A quoi ressemblera 2020 ? An de grâce ou d’infortune ? De toute façon, amer ou pas, quand le vingt est tiré, il faut le boire…

Si comme le prophétisent quelques beaux esprits, l’an prochain, c’est la fin du monde, il faut partir proprement en laissant les lieux en ordre; que rien ne traîne après notre disparition. Armes, déchets nucléaires, décharges, Vlaams Belang et autres horreurs plus ou moins cachées de notre civilisation, à la poubelle ! En revanche, on peut léguer quelques souvenirs susceptibles d’intéresser un jour nos très lointains descendants ou des extra-terrestres venus explorer notre planète déserte à la recherche de pièces destinées à garnir leur musée des civilisations disparues.

Quels sont les signes que nous serions fiers d’exhiber aux visiteurs du futur ? Les témoins du haut niveau de culture auquel nous avons accédé ? (J’ai toujours regretté qu’avant de nous quitter, les dinosaures ne nous aient aucun témoignage de la façon dont ils passaient leurs week-ends et quelles séries ils regardaient.)

Que transmettre aux archéologues de demain ? Un disque dur ? Il sera illisible. Déjà, on ne lit plus le langage des ordinateurs d’il y a vingt-cinq ans. Une SUV, une Lamborghini, un Boeing 737 MAX, une fusée ? Ces machins expliquent surtout comment nous avons détruit notre planète.

On ne reconstituera notre passé qu’avec des peintures et des textes, voire un édifice.

Pour la Belgique, le Manneken-Pis paraît plus facile à léguer que l’Atomium. Quant au Palais de Justice, mieux vaut le laisser s’écrouler. De toute façon que dit-il de nous ?

Côté peinture, je suggère « ceci n’est pas une pipe » de Magritte. De quoi alimenter de nombreux travaux, mémoires et questions d’examen des étudiants de l’an 7820. Oublions les ready-made et autres performances, comme la « Fontaine » de Marcel Duchamp, cette vespasienne transformée en œuvre d’art. Les tendances et les aspirations de la culture de notre civilisation seraient vraiment trop difficiles à interpréter.

Question textes, que choisir qui décrive notre époque et l’état de notre pensée? La Constitution dans l’état où l’a laissé la sixième réforme de l’état ? Un essai pertinent comme « Het Regime van Bart De Wever » (qui décrit non les vertus du confédéralisme mais celles de son régime amaigrissant) ? Peut-être qu’une aventure de Tintin sera finalement plus éloquente pour démontrer notre niveau d’auto-dérision. Elle prouvera en tout cas que nous étions tous un peu à l’ouest…

J’ai d’avance écarté les rapports des informateurs royaux. Inutile d’encombrer nos descendants de brouillons abscons à propos de la constitution d’un nouveau gouvernement qui n’aura évidemment pas pu être mis sur pied avant le jour de la catastrophe…


bonne année!!!


www.berenboom.com


2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

la fureur de vivre

Le gouvernement vivaldien a réussi à serrer les rangs de son équipe hétéroclite en fêtant la rentrée politique avec une décision audacieuse : la fin des maladies de longue durée. On le sait depuis la

rule, britannia!

Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui e

et avec ca, emballage cadeau,

Dans le monde politique flamand, certains ne comprennent pas que les dirigeants wallons fassent la fine bouche devant la proposition de leur ministre-président d’accorder un prêt à la Wallonie pour ta