A good job(s)

S’il n’avait pas revendu ses stock-options en 2003, Steve Jobs aurait aujourd’hui près de 10 milliards de dollars en plus. J’adore Jobs. Il a lu Montesquieu : « liberté, égalité, frugalité ». Ou, comme le disait mon banquier : « la bourse, c’est le temple des regrets ». A priori, on peut parier sur le fait que Jobs ne regrette rien. Il a survécu à son cancer, et il est toujours le patron de l’entreprise la plus innovante. Que valent 10 milliards à côté de ça ?

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le monde comme il s’en va, 10,3,2

Pascale Peraïta revient… Selon La Libre, l’ancienne Présidente du CPAS de Bruxelles va interrompre son conge sans solde et réintégrer, dès vendredi 6 octobre, son poste de directrice générale du Samus

Le monde comme il s’en va, 10,3

… Que Peraïta revienne à la direction du Samu Social… Oui, cela semble impossible. Et pourtant : cela n’a rien de  « surréaliste », sachant en outre qu’on n’est pas ici dans une question de morale, d

Le monde comme il s’en va, 74

Si sa mort est passée vite dans le champ médiatique, il faut quand même se souvenir que Jerry Lewis a été le seul acteur dans toute l’histoire du cinéma qui, étant complètement ligoté et incapable de