A Pierre Mertens

Il y a quarante ans que Pierre et moi nous connaissons. Nos relations n’ont pas toujours été harmonieuses. Il y a eu des hauts et des bas, mais, à ma connaissance, pas de coups bas.

Je n’ai pas aimé tous ses livres. Mais j’en ai trouvé qui méritaient d’être placés aux sommets de la littérature mondiale. De ces textes dont la lecture vous rend plus intelligent, plus sensible, plus humain. A l’égal de ceux de Philip Roth ou d’Antonio Tabucchi.

Pour moi, Pierre incarne la figure de l’écrivain, tout comme un autre Pierre, Bourdieu, incarnait le sociologue. Le premier a parfois médit du second, qu’il n’avait peut-être pas bien lu. Ces deux-là auraient dû se rencontrer. Je me contente de les associer dans une même admiration. Avec, pour l’écrivain que j’ai bien davantage fréquenté, une forte dose d’affection, immarcescible, comme tout ce qui relève de la véritable amitié.

Claude JAVEAU, sociologue chevronné, apprenti écrivain.

#PierreMertens

Posts récents

Voir tout

Le french tel qu’on le speak

J’ai trouvé ces lignes dans l’édito de la dernière livraison d’un magazine féminin mensuel réservé à la Belgique.  Un magazine féminin est une publication remplie de pages de publicité entrelardées de

Pipelette

Dans un studio de radio, un journaliste interviewe un homme politique connu, candidat à de prochaines élections. –      Jean-Charles Melchior, vous êtes président du Parti Socialiste Ecologiste de la

Aucune morale

Un « expert de la finance » s’exprime dans Le Soir du 29 avril dernier : « Soyons clairs, les marchés ne font pas dans les sentiments. Ils n’ont aucune morale ». On admirera d’abord le recours à cette