allo, quoi ?

Ce n’est pas pour me vanter mais j’ai toujours détesté le téléphone. Aujourd’hui, je sais pourquoi. Je suis abonné chez Base. Encore raté ! Jamais, une créature blonde, l’air glacial à la Kim Novak, le casque sur les oreilles, n’a écouté une seule de mes conversations, n’a enregistré le moindre de mes murmures, n’a rapporté à ses chefs la plus infime syllabe susurrée à mon comptable, à ma maman ou à la STIB. Appuyer sur 1. Appuyer sur 2. Taper étoile. Même les femmes ont des grandes oreilles, contrairement à ce qu’écrit Haruki Murakami qui, de roman en roman, les décrit avec de délicieuses et minuscules coquillettes de chat. Mais les chats surveillent-ils les conversations transatlantiques ? Pas sur Base, en tout cas. Hélas ! Je découvre, mais un peu tard, que j’aurais dû choisir Belgacom, faire confiance à M. Didier Bellens. Un patron de service public dont le salaire est resté inconnu même des plus fins limiers de la CIA ne peut être tout à fait mauvais. Si j’étais entré dans le club Belgacom, j’aurais moi aussi été un VIP. J’aurais passé un coup de fil à l’ambassadeur de Syrie en Iran, au frère de Ben Laden aux Etats-Unis ou même au patron de Tecteo juste pour ressentir ce doux frisson à l’idée que toutes les grandes oreilles du monde sont brusquement tournées vers moi et suspendues à mes lèvres. Waw ! La minute de gloire dont nous rêvons tous à croire Andy Warhol. J’aurais pu être en direct avec la blonde glaciale et lui raconter des choses plaisantes qu’elle aurait notées religieusement en pinçant ses lèvres peintes avant d’aller fièrement porter son petit carnet dans le bureau ovale. Cette histoire d’écoutes mystérieuses des lignes de Belgacom m’a aussi permis de trouver la réponse à une question que je me posais depuis longtemps. Qui sont ces types que l’on croise dans la rue des types, l’air hyper-sérieux, l’oreille collée à leur GSM, un pli profond creusant leur front, parler en regardant autour d’eux d’un air hostile tandis que leur interlocuteur leur livre manifestement une info top secret ? Des petits hommes verts déguisés en Terriens venus régler le sort de la planète ? Avec mon bête GSM qui ne sert qu’à téléphoner, impossible de vérifier sur-le-champ si la planète bleue tourne toujours autour du Soleil. Je dois attendre de lire Le Soir du lendemain. Mais je comprends mieux le comportement de ces bizarres correspondants. La prochaine fois, j’observerai la forme de leurs oreilles. C’est à leur taille, d’après ce que j’ai compris, qu’on reconnaît un abonné belge de souche de Belgacom. Brusquement, le doute me saisit. Et, si moi aussi ? Non, ne m’obligez pas à allez vérifier devant mon miroir. Je vous jure que je suis abonné à Base.

www.berenboom.com

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de