Aphrodite perd le nord

On a beaucoup parlé ces derniers jours de la crise bancaire à Chypre. Mais peu de la situation de ce pays mal connu. Toujours au service des plus curieux de nos lecteurs, voici quelques précisions oubliées par Wikipedia. Chypre est un pays confédéral, c’est-à-dIre un régime politique incompréhensible dont la signification dépend de celui qui l’invoque. Disons que le confédéralisme à la chypriote désigne un état indépendant composé de deux républiques elles aussi indépendantes qui se tournent le dos et ne veulent rien avoir en commun même pas le café baptisé grec ou turc selon qu’on le boit en-deçà ou au-delà de la frontière linguistique. Un pays. Deux langues. Et des politiciens qui ne se comprennent pas. Ils devraient prendre exemple sur la Belgique, un état composé de deux, de trois ou de quatre régions différentes, selon votre interlocuteur. On n’y parle pas non plus la même langue mais le nord et le sud se comprennent quand il s’agit de fixer le montant des impôts complémentaires, de commander du lait russe ou de la dame blanche et de se plaindre de la pluie glacée qui frappe indistinctement le nord et le sud avec la même furie. Le sud de l’île est, d’après le nord, habité par des paresseux qui vivent de l’argent de l’Europe et qui célèbrent l’amour plutôt que le boulot. Ca tombe bien, la déesse Aphrodite est justement née, d’après la légende, dans le sud, sur un coin du rivage à l’époque sauvage et désolé, battu par le vent mais aujourd’hui protégé par le béton massif de banques russes. Ils devraient prendre exemple sur les Belges. Le sud du pays est, d’après le nord, peuplé de paresseux qui vivent de l’argent de l’Europe et des Flamands et qui célèbrent l’amour du parti socialiste. Ca tombe bien. Le premier ministre Elio Di Rupo est né, selon la légende, dans un coin qui à l’époque était couvert par la masse des tours de chevalement des mines et aujourd’hui par des terrils sauvages et désolés battus par le vent. L’économie du sud de l’île vit au-dessus de ses moyens grâce à des banques qui vivent des économies placées par des oligarques russes vivant au-dessus de la moyenne de leurs concitoyens. Lorsque le sud veut taxer ses épargnants, ceux-ci s’empressent de transférer leurs comptes des banques du sud vers celles du nord, qui les attendaient depuis longtemps. La Belgique devrait prendre exemple sur Chypre. Et se fabriquer un petit confédéralisme à deux qui permettrait de garder les épargnants étrangers dans le pays. Si le sud se montre trop gourmand, le nord se fera accueillant. Et vice-versa. Tant que le pognon reste chez nous, la déesse Aphrodite ou Dieu-sait-qui veillera sur l’avenir de notre chère nation et de ses banques.

www.berenboom.com

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de