Avis (suite)

Aucune gazette n’ayant reçu de la timonerie l’autorisation de publier notre Avis, c’est le porte-voix du Chef de bord Etienne Mougeotte qui, en première page du Figaro ce mercredi 20 octobre, en traduit la substance dans un édit condamnant aux fers, pour avoir pris « en otage » le navire social, tous les « apprentis-sorciers » responsables de la mutinerie, coupables d’ « utiliser la force contre le droit », sous ce titre explicite : Les Naufrageurs !

Le fameux garde-chiourme idéologique Yves de Kerdrel, dans la même feuille, va jusqu’à citer Psychologie des foules de Gustave Le Bon :

« Céder une fois à la foule, c’est lui donner conscience de sa force et se condamner à lui céder toujours »

La France, à ses yeux, ne perd-elle pas le Nord, gangrenée par une organisation syndicale portant le nom de SUD ?

Comme nous ne voulons pas que la traduction de notre Avis, par ce personnel peu qualifié, soit jugée tendancieuse dans le futur, signalons qu’est visible au Louvres, tous les jours ouvrables, une représentation véridique du naufrage. Le tableau de Géricault confirme bien qu’un Nègre des banlieues, debout au sommet de l’image, adresse un signal de détresse aux incertains siècles à venir : comme tel, c’est lui le timonier du radeau à la dérive…

(Cette suite n’ayant pas plus de chance que notre Avis de paraître ou de recevoir un quelconque écho, nous confions l’ensemble du message à la bienveillance du cycle entier des ondes allant de la source au rivage en passant par les nuages.)

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de