Babyhall : swappez, swishez !

Il n’y a pas longtemps, je me promenais dans les galeries marchandes de Louvain-la-Neuve. Soudain, deux adolescentes. Quatorze ans, peut-être seize, j’ai appris à ne plus surestimer. Toutes les deux affairées au rayon… des vêtements pour bébés. — Regarde celui-là, trop mignon ! Je le prends pour plus tard ! Sauf exception, d’ici à ce qu’elle soit effectivement utile, la layette trop mignonne sera démodée et oubliée au fond d’un placard. Cas unique ? Chaque jour, des centaines de vêtements sont achetés sur un coup de cœur et oubliés quelques minutes plus tard. Plus fréquents encore, ces vêtements, qu’on porte trois fois avant de s’en lasser, alors qu’ils sentent encore le neuf. La mode – et la nécessité – de l’anti-gaspillage et des événements sociaux a donné naissance au swishing et au swapping. Deux pratiques similaires qui consistent à organiser des journées de détente, souvent entre femmes, où on s’échange ces fameux vêtements de fond d’armoire. L’objectif : optimiser sa garde-robe sans se vider le portefeuille. Les premiers « swishing » visaient à satisfaire la volonté, que dis-je, le besoin de ne jamais porter deux fois la même robe de soirée ! Le concept a percé il y a quelque temps en Angleterre et aux États-Unis. Et en Belgique, c’est l’ASBL Babyhall qui lance le mouvement avec des journées d’échange de vêtements pour bébés et pour femmes enceintes. À terme, l’association parle d’étendre le projet à d’autres objets comme des jouets, des accessoires ou des jeux vidéos. Tenté(e) par l’expérience ? Le deuxième « swapping » belge aura lieu le 2 décembre à Kortenberg. Plus d’infos et réservations sur www.babyhall.be

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de