Bastien Vivès, si jeune et déjà grand


Dans mes yeux est un album exceptionnel, au sens propre du terme, qui fait réellement exception. Et pourtant, l’histoire est bête comme chou: un jeune homme rencontre une jeune fille qui prépare son partiel dans une bibliothèque et en tombe amoureux. Ils mangent dans un snack (chinois), vont chez des copains à elle, il l’attend à la sortie du lycée, ils vont au cinéma voir un film noir et blanc (où ils s’embrassent), il va chez elle (et détaille son appartement), ils vont à une boum, au zoo, dans un autre restaurant (plus chic) et finissent par faire l’amour (même si elle n’est pas très sûre de vouloir). Que du classique, quoi, pas de quoi en faire tout en fromage. Et justement, oui, car l’histoire, dessinée au pastel semble-t-il, est vue exclusivement par les yeux du garçon, qu’on n’aperçoit donc jamais. Quand ils s’embrassent, par exemple, on voit sa bouche à elle approcher et plus c’est le noir. Vivès joue sur des couleurs tranchées et une mise en page formée de cases aux contours flous bien séparées les unes des autres, ce qui renforce le caractère singulier de cet album très réussi et captivant.


Posts récents

Voir tout