Bienvenue au Festival de Jazz de Dinant 2011

Proposer à un gosse de choisir sans compter dans un grand magasin de jouets, après lui avoir dit de prendre ce qu’il y a avait de mieux, ou demander à un fan de jazz ce qu’il pense du programme des Dinant Jazz nights 2011 revient en réalité à la même chose. C’est du rêve, du bonheur, de l’extase, du rêve éveillé et du plaisir à l’état pur. Et dans le cadre du festival, pas d’ersatz, rien que du beau jazz, du vrai et du solide!

Le parrain de cette année est Joe Lovano, The saxophoniste du jazz, rugueux ténor, généreux, présent et omniprésent sur scène.Véritable carte maîtresse et assurance tous risques d’inviter des musiciens de classe internationale. Car quand le grand Joe consulte son carnet d’adresses, c’est la page “grandes pointures de la musique” qu’il consulte.

A savoir pour débuter les festivités, la présence exceptionnelle dans la Collégiale de Dinant du compositeur Michel Legrand en duo avec son épouse Catherine Michel – harpiste de renommée internationale- pour une interprétation de ses plus grands succès.(14/7). Et ce, après avoir entendu le pianiste Kenny Werner accompagner la chanteuse Judi Silvano.

Le 15, nous rejoindrons le parc du Collège N.D de Bellevue, pour écouter Joe Lovano et son groupe Us Five, récemment élu meilleur band de l’année par le magazine américain DownBeat. Avant de découvrir le second événement de la soirée: le guitariste John Scofield, le trop rare pianiste Mulgrew Miller, le bassiste Scott Colley, et Bill Stewart aux drums. Ajoutons-y la présence du parrain du festival pour un concert-toute énergie qui décoiffera les porteurs de perruque et fera trembler les pacemaker.

Le 16, retour du pianiste Américain Kenny Werner, qui après avoir charmé le Brussels Jazz Orchestra ou le contraire, retrouvera en duo son vieil ami et complice Toots Thielemans, gloire internationale de l’harmonica et icône patriotique de la belgitude.

Le 17, groove “rentre dedans “ avec le Act Big Band, une des meilleures et plus anciennes grandes formations belges, précédant le quintet du saxophoniste américain Steve Grossman accompagné par le bassiste belge Sal la Rocca et surtout par le magicien Alvin Queen, véritable star de la batterie et qui- à lui seul- vaut le déplacement de cette journée. Enfin, Manu Katche-parrain de l’édition 2010- terminera cette soirée en compagnie de John Abercrombie à la guitare et de Philippe Aerts à la basse. De bons moments de dynamisme et de lyrisme en perspective.

Il faudrait dormir sur place car le 18, apparition d’Aka Moon le plus rock des groupes de jazz belge qui donnera la tonalité à la chanteuse italienne Christina Zavalloni avant de laisser la place au tout grand saxophoniste Charles Lloyd, au pianiste ô combien démonstratif Jason Moran, au bassiste Reuben Rodgers et à Eric Harland aux drums. A peine le temps de respirer ou de boire une Leffe, que s’installeront pour une autre atmosphère jazz Rock le guitariste Mike Stern, le violoniste Didier Lockwood. Une soirée tous décibels dehors sans aucun doute.

Un petit break le 19 et le 20 avec les trios belges de Steve Houben et de Fabien Degryse avant de recevoir le 21 Juillet la méga star brésilienne Gilberto Gil, pape de la bossa nova, compositeur des standards ‘ The girl from Ipanema” et “Desofinado “pour une soirée de fête nationale totalement consacrée aux rythmes chauds du carnaval du Brésil. Une présence exceptionnelle en Belgique.

Le 22 juillet, le festival mettra la clé sous la porte avec panache en accueillant Kid Creole and the Coconuts; groupe hyper populaire des années 80 et 90 qui par ses influences calypso, disco, funky et latino et ses succès mondiaux comme” Annie, I’m not your Daddy” et “Stool Pigeon “ mettra le feu aux poudres dans un spectacle de punch, de nostalgie, de folie et certainement d’extravagances musicales.

Voici donc les principales étapes musicales des Dinant jazz nights, sans oublier le concours des espoirs et jeunes talents, véritable vivier des grands de demain. Le tout dans une atmosphère cool, bon enfant, familiale, et dans le beau cadre des jardins du Collège ND de Bellevue, situé comme son nom l’indique sur les hauteurs de Dinant. Que vous y veniez pour quelques heures pour découvrir le jazz, ou que vous participiez à plusieurs de ces beaux concerts, vous n’en sortirez jamais décu, car le jazz est une musique vivante, et accessible de tous, interprétée par de véritables artistes passionnés et passionnants. Une musique qui se déguste sur scène en live. Ne ratez pas cette merveilleuse opportunité! #gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: center; width: 33%; } #gallery-1 img { border: 2px solid #cfcfcf; } #gallery-1 .gallery-caption { margin-left: 0; } /* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */

Etienne Payen.