Carnet (5)


© Farabola

«En philosophie (à Vincennes, dans les années 70), le maoïste Alain Badiou promet l’UV (Unité de valeur) à ceux qui auront condensé leur pensée philosophique dans un bombage ou dans une inscription murale, ceux qui ne sont jamais venus mais qui ont ainsi montré par leur absence un détachement louable des choses de ce monde et une méditation profonde»

«15.000 souris, 10.000 rats, 300 chiens, 37 singes et 9 objecteurs de conscience, tel est le bestiaire nourri, entre 1955 et 1966, par l’armée américaine avec des aliments irradiés, dans le but de s’assurer de l’innocuité de cette technologie qui allonge, en détruisant les micro-organismes, la durée de conservation.»

«Les embauches clientélistes ont été pointées par la Cour des Comptes dans la gabegie du «118», le service de premier secours de Sicile, dont le budget a explosé depuis cinq ans, pour devenir trois fois supérieur à celui d’une région comparable, comme le Piémont : sur les 3.384 employés, il y a 3.009 chauffeurs pour 280 ambulances».

«J’avais gratté à la vitre de la chambre du trésor pendant trente et un ans et maintenant (après le succès de Ils étaient tous mes fils) j’y grattais toujours, mais de l’intérieur, cherchant à ne pas perdre contact avec la vie ordinaire d’où avait jailli mon œuvre» (Arthur Miller).

«Lors d’une émission d’Apostrophes, on reprocha à Georges Suffert d’avoir écrit qu’Henri Curiel était un complice de Carlos, agent du KGB (quelque temps après, Curiel (révolutionnaire professionnel, fondateur des PC égyptien et soudanais, ancien des réseaux Jeanson de soutien au FLN) était assassiné). A quoi Suffert, journaliste au Point, rétorquait : «Moi, je fais confiance à une vieille chose, qui s’appelle l’Histoire. J’ai tout mon temps». Trente ans plus tard, une équipe de Canal + le retrouve. «Ce n’était pas votre spécialité, l’investigation, et pourtant vous avez écrit cela ». Alors, Suffert, en riant : «C’était gonflé d’écrire cela. Je n’en savais rien». Le Point n’a jamais rectifié».

« Alexandre Loukachenko, président de la Biélorussie, a reconnu avoir falsifié le scrutin de 2006, mais dans l’autre sens. 93% des électeurs ont voté pour lui, mais il a donné l’ordre pour que le score ne soit plus que de 80%. Parce que plus de 90%, cela ne passe pas psychologiquement » (il a changé d’opinion lors de sa plus récente réélection, en 2010).

« Dans son bureau transformé en « war room », cet ancien punk et son équipe sont en train de finaliser le budget : « le surréalisme, c’est d’essayer d’attraper les rêves. Mais il y a un long chemin entre la théorie anarchiste et sa pratique. J’ai relu Bakounine, Kropotkine et les situationnistes, et j’ai bien peur d’être hélas déjà devenu une sorte de socialiste libertaire » (Jon Gnaar, maire de Reykjavik).

«La campagne officielle pour la présidentielle de 2007 s’est glissée jusque dans L’officiel du taxi, Stations Services Magazine, Paris Turf, So Foot, XV Rugby, L’argus de l’automobile, La Gazette de l’Hôtel Drouot, Playstation Magazine, L’essor de la Gendarmerie, Arménie Magazine, Aviation et Pilote, Kiné-Actualités, Généalogie magazine. Nicolas Sarkozy apparaît dans Trente millions d’amis, Animaux Magazine, Atout chien et La semaine vétérinaire, pendant que François Bayrou défend ses positions dans Molosse Magazine et La dépêche vétérinaire, alors que Ségolène Royal a accordé un entretien très remarqué à Rottweiler News. La socialiste, contrairement à Sarkozy, ne s’est pas exprimée dans Echecs magazine, et, à l’inverse de Bayrou, ni dans L’essor de la conciergerie ni dans Funérarium magazine» (Le Monde).

«En 1997, le chef de guerre Charles Taylor passe un pacte avec le Nigeria. Une élection présidentielle est organisée. Le slogan de campagne de Taylor est resté célèbre : «Il a tué mon père, il a tué ma mère. Je vais voter pour lui». Manière de signifier qu’en cas d’échec le candidat s’engage à remettre le pays à feu et à sang. On le croit sur parole. Il est élu avec 75% des voix».

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de