Ceci n’est pas une leçon de morale

Cela valait-il la peine de passer la nuit à faire la queue pour inscrire son enfant, de pleurer de joie parce qu’il a enfin décroché son billet d’entrée pour que, une fois en classe, on lui enseigne que le génocide nazi n’était pas si terrible que ça et que l’holocauste est une affaire bien exagérée ?

Il y a quelque chose de pourri dans le domaine enchanté de l’école. Mais, contrairement à ce qui se dit souvent, pas tellement du côté des élèves. D’après ce que j’ai lu, ce sont eux qui ont interpellé leur prof de religion après l’avoir entendu contester le récit d’un rescapé des camps : « C’est vrai ce que dit ce type ? Mais alors, pourquoi nous raconter le contraire ? »

Que les enfants (et la plupart de leurs profs) soient assez lucides pour dénoncer le discours dévoyé d’un de leurs enseignants prouve sans doute qu’on leur a appris à réfléchir et à réagir. Mais que ce discours ait pu être tenu en public, sans honte, est aussi la preuve que l’école est décidément bien chahutée ces temps-ci, et pas seulement à cause des extravagances et des caprices de ses ministres de tutelle. Quoique, de ce côté-là, on n’a jamais été très gâté. Il y a quelques années déjà une ministre de l’enseignement n’avait rien trouvé de mieux que d’inaugurer son règne en renvoyant une partie des profs au chômage, pour devoir, dès la rentrée suivante, supplier les retraités de bien vouloir reprendre du service, vu l’affluence dans les classes…

On voit tous les jours des exemples formidables d’initiatives personnelles de profs et d’étudiants pour dynamiser la pédagogie, faire aimer les sciences ou la culture, donner les clés d’accès à la littérature ou au théâtre. Ou tout simplement pour apprendre à des enfants venus d’ailleurs notre langue et leur en faire miroiter les merveilles. Mais, avec si peu de moyens que l’on comprend pourquoi, malgré leur dévouement et leur dynamisme, l’enseignement de la communauté française ne cesse de dégringoler dans le hit-parade européen (quelles que soient les réserves qu’on peut émettre à propos de ce type de classement).

A voir la façon dont nos gouvernants dotent l’école, l’organisent et entretiennent ses locaux, à la manière dont ils traitent les parents, on peut avoir quelque doute sur l’intérêt qu’ils portent au département dont ils ont la charge. Jusque là, on a mis toutes ces négligences sur le compte de la pauvreté générale des budgets. Mais, devant la capacité soudaine à mobiliser des moyens extravagants dès que les banques privées crient au secours, on s’interroge.

Qui fera la Belgique de demain ? Quelques banquiers ou les têtes multicolores qui peuplent nos écoles ?

Posts récents

Voir tout

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de

le train sifflera trois fois

Il y a près de mille kilomètres entre Beijing et Pyongyang à vol d’oiseau mais comme les volatiles risquent leur vie dans ce ciel tourmenté, traversé de missiles, mieux vaut faire le chemin par la ter