chaud effroi

D’où vient ce coup de froid soudain et glaçant ? De Sibérie, prétend monsieur météo. Encore un coup de la guerre froide ? Allons ! Même à la grande époque du petit père des peuples, rien n’est jamais sorti du goulag. Même pas les fantômes de ceux qui y ont péri. La dégelée de l’euro alors ? Est-ce l’effroi des citoyens devant la crise économique et financière qui fait claquer des dents et qui a eu raison du mystérieux réchauffement climatique que tout le monde ou presque appelle de ses vœux ces jours–ci – mais en silence car c’est politiquement incorrect ? Les politiciens ne doivent pas s’étonner que nous restions de glace devant leurs quelques rares envolées ou leurs timides tentatives de plaisanter. Le glacial constat que nous sommes bons pour passer les prochaines années au fond du frigo fiscal n’incite pas à faire monter le mercure dans les thermomètres… On a l’impression que, à force de raconter que tout va de plus en plus mal, le temps lui-même s’est mis au diapason. Le doux hiver n’a pas résisté au froid glacé des discours politiques. Mais, n’y a-t-il vraiment plus d’argent ? Le ministre de la défense, notre Crambo national, a beau prétendre avoir les doigts gelés. Il a trouvé quarante quatre millions pour participer au concours de châteaux de sable en Libye dont le grand prix consistait à remplacer un dictateur dingo par une anarchie islamiste. Et, lundi passé encore, on a réussi à dépenser plusieurs millions pour amener vingt-sept chefs d’état européens par avion et par 4×4 dans un bunker bruxellois. Et tout ça pourquoi ? Pour enregistrer l’engagement de chacun, la main sur le cœur, de ne pas laisser le déficit de leurs budgets dépasser un montant déjà fixé à Maastricht il y a exactement vingt ans. Tous ont ressigné ce qu’ils avaient déjà signé en février 1992 juste pour figurer sur la photo (ce qui fait cher le pixel). Même les Grecs qui savent ce que vaut ce genre de promesses. Mais, à l’exception des Anglais et du dirigeant praguois qui a refusé un Tchèque en blanc. Est-ce depuis que l’on organise à Bruxelles tous les sommets que l’histoire européenne patine sur le verglas ? Et, si au lieu d’avoir les yeux désespérément fixé sur le thermomètre des marchés, le PIB et la notation des états, aussi zigzagante qu’une feuille de température, on cherchait plutôt le moyen de se réchauffer ? Ca tombe bien ! Dans dix jours, c’est la saint Valentin ! Excellent pour le commerce et les transports en commun. Ce qui est bien meilleur pour la planète que les limousines des excellences qui nous dirigent droit sur l’iceberg.

www.berenboom.com

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de