Chronique d’après campagne : La femme, avenir de l’homme au conseil communal ?



Nous sortons d’une période électorale où certains ont instillé un climat de campagne polarisante et populiste. Pratique qui leur a peut-être fait gagner des voix mais perdre des amis ; au niveau local en tous les cas. Dis-moi comment tu agis, je te dirai qui tu es. Un brin d’ironie aussi dans le déni de démocratie de celui qui, a posteriori, remet en cause des règles du jeu démocratique qu’il a lui-même pratiquées jadis : la perte du pouvoir n’ouvre pas tous les droits.

Mais il y a beaucoup plus important. A Grez-Doiceau, treize femmes sur vingt-trois forment maintenant le conseil communal. En 30 ans, les électeurs ont changé de paradigme en passant d’un patriarcat exclusif à un conseil communal majoritairement féminin. On peut espérer que maintenant les femmes pourront faire de la politique comme elles le souhaitent sans se sentir parfois obligées de singer la brutalité masculine pour s’imposer. N’avons-nous pas davantage besoin de nous rassembler autour de projets plutôt que de nous diviser autour d’individus ? Les circonstances générales, politiques et climatiques, devraient nous pousser à cette sagesse.


Le machisme a été et est encore parfois bien prégnant dans la vie politique communale, théâtre de combats de coq et de saillies paternalistes. Il a toujours été difficile pour les femmes de casser ces codes. C’est sans doute un moment opportun pour que des femmes de tout bord redessinent les contours de l’exercice du pouvoir. Loin de l’hystérie qu’on leur prête et dont sont d’ailleurs atteints beaucoup d’hommes, elles peuvent développer des stratégies de rassemblement, de conciliation : ne pourraient-elles pas contribuer, pour le bien de la cité, à l’émergence raisonnée d’une intelligence collective ?

Les femmes qui siégeront dans la salle du conseil vont probablement amener une autre dynamique dans les relations, une autre rigueur dans les dossiers. Elles laisseront sans doute plus volontiers leur égo au vestiaire. Au bénéfice de tous.


Bonne chance !


Les femmes et les hommes du Collectif Calvin & Hobbes