Chronique de campagne : Voter, quelle corvée !


Près de 40% des Belges ne se rendraient plus aux urnes si le vote n’était pas obligatoire[i]. Leurs motivations  nous sont inconnues. Certains, rares sans doute, n’iront pas par conviction. D’autres n’iront pas par dépit ou par paresse.


Pour ceux que le dépit gagne, nous pouvons les comprendre. Cette impression que rien ne bouge ou pas assez vite n’incline pas à remplir son devoir civique. Sans compter que des candidats et les motivations qui les poussent à se présenter ne soient pas toujours irréprochables. Un ancien élu qui a profité de sa fonction pour augmenter son parc immobilier, un candidat qui se présente parce qu’il n’a pas obtenu un marché public ou une diminution de ses taxes, un autre pour satisfaire un égo écervelé, c’est de notoriété, plus ou moins publique. Mais la majorité de ces gens, particulièrement au niveau communal, sont des gens ordinaires, des voisins, comme nous avons l’habitude de l’écrire, qui ont au moins en partie le souci de la chose publique.


Mais voici la bonne nouvelle : 60% des gens continuent donc à croire que le vote peut changer les choses. Il existe une base de citoyens qui sont prêts à croire, dans une certaine mesure, à l’utilité de notre système démocratique. Ne devrions-nous pas « capitaliser » sur cela, en proposant des alternatives pour renforcer cet intérêt ? Au niveau local à tout le moins, il est impératif de renforcer l’implication citoyenne dans la chose publique. Il serait possible de revoir les méthodes de vote en introduisant le tirage au sort partiel ou le panachage entre les différentes listes. Mais au-delà de ces réformes n’y a-t-il pas déjà des méthodes de gouvernance qui permettraient d’intégrer les citoyens dans le souci de faire émerger une intelligence collective, bien au-delà d’une participation de façade? Pour atteindre ces objectifs, il faudrait sans doute privilégier des listes dont le programme inclut cet esprit d’ouverture et de co-construction, mais aussi celles où des candidats affichent une  capacité à travailler avec ceux d’autres tendances.

Resterait alors à se demander ce que nous voulons laisser à nos élus ou à notre administration. Administration dont le rôle est dans tous les cas, primordial. Au bout du compte, elle est souvent la responsable ultime de la réalisation des projets[ii]. A nous de voir quelles sont les listes enclines à une gestion de l’administration qui privilégierait stimulation et délégation intelligentes sans tomber dans le travers des pressions et du clientélisme.


Dimanche, votons donc.


Le collectif Calvin & Hobbes


[i] https://www.lesoir.be/183114/article/2018-10-09/pres-de-40-des-belges-ne-se-rendraient-plus-aux-urnes-si-le-vote-netait-pas

[ii] http://humeur.tropdebruit.be/news/chronique-de-campagne-haro-sur-le-fonctionnaire-communal