Collega’s


Je dois n’avoir raté des épisodes que contraint et forcé. Ma femme et moi retrouvions chaque fois avec le même plaisir la petite bande de fonctionnaires, tiraillée entre ses ragots, ses esquisses d’idylles, ses mesquineries, ses idiosyncrasies bureaucratiques. Il y avait le chef de division Philemon Persez, très content d’être chef mais beaucoup moins de devoir prendre des responsabilités, sa secrétaire Mireille Puis, cible de plaisanteries machistes, le sous-chef Bonaventuur Verastenhoven, rêvant de prendre la place du chef, le rédacteur Jean de Pesser, le commis et révolutionnaire en peau de lapin Gilbert van Hie, et l’huissier de première classe Hilaire Baconfoy, considéré comme un « fransquillon ». Il y avait aussi une dame qui passait avec un chariot chargé de boissons et de choses à manger, aux propos hauts en couleurs, dont j’ai oublié le nom. « De Morgen », chez qui j’ai retrouvé les noms des protagonistes, ne le rappelle pas.

On dit que la BRT estima que la série faisait trop « peuple » et décida pour cette raison de la supprimer. Je lui en ai beaucoup voulu de m’avoir privé de ce divertissement qu’au contraire nous trouvions de haute qualité, et sociologiquement – on ne se refait pas ! – très pertinent. Une tranche de vie flamande, en quelque sorte, à chaque livraison : les personnages parlaient un flamand un peu amélioré par rapport à ses dialectes locaux, avec une plaisante pluralité d’accents. Ils suscitaient beaucoup de sympathie, même si le pauvre Jomme Docksoc leur servait souvent de bouc émissaire, avec ses déboires conjugaux et les doutes qu’ils émettaient au sujet de sa paternité.

« De Collega’s » fournissait la preuve qu’on pouvait faire de la télévision populaire de qualité. Le jeu des acteurs était très convaincant, et l’ambiance des bureaux d’un service public pareil à tant d’autres était rendue avec finesse et sens de l’humain. Et les vannes à l’égard de l’huissier qui glissait des mots français à chaque tournant de phrase, tout en évoquant un aspect permanent du vivre-ensemble (samenleving) belge, étaient dépourvus d’aigreur.

Manu Verreth vient de mourir, à l’âge de 69 ans, après avoir lutté contre la maladie. Bien qu’il ait été acteur tout au long de sa vie active, et même au-delà de sa mise à la retraite, il était surtout connu pour avoir interprété le rôle de Jomme Docksoc, figure tragico-comique du monde de la bureaucratie. Il fut un temps où « De Collega’s » était regardé par deux millions de téléspectateurs. Nous en étions, et nous avons la nostalgie du temps où l’on pouvait faire d’excellents spectacles à la télévision, grâce au talent de comédiens comme Manu Verreth, en brodant seulement sur la vie ordinaire des gens.

#Collegas #ManuVerreth

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de