Croire ne fait pas de vous un sectaire


Bien entendu, il y a des gens qui ne sont pas d’accord avec le principe du réchauffement anthropique, mais le plus souvent, ce sont des personnes qui sont liées peu ou prou à certains gros pollueurs ou qui n’ont pas les compétences ou le plus souvent les deux. Claude Allègre est un des plus beaux exemples de ces charlatans. Néanmoins, ces climato-sceptiques ont leurs supporteurs, leurs suppôts dans certains milieux, des gens qui ont peur pour leur avenir, généralement pécuniaire et court-termiste.

Bien entendu, au nom du libre examen, il est toujours possible de les écouter, comme ça, pour le « plaisir ». Parce que pour l’utilité du discours… En effet, à ce train, pourquoi ne pas écouter religieusement les commentaires de Sarah Palin  sur la poignée de mains, de pattes entre un homme et un dinosaure bon teint ?

Mais quand ce genre de discussions, d’exhibitions atteint le parlement, ne sommes-nous pas en droit de nous interroger ? De nous interroger sur les raisons qui poussent à relancer le débat, de nous interroger sur le symbole (…mais si, mais si, vous voyez bien que des gens et pas des moindres ne croient pas à cette fable du réchauffement), ce dont nous n’avons plus besoin maintenant.

La question est simple. Si nous considérons que la probabilité que le réchauffement anthropique soit avéré est élevée,  pouvons-nous permettre de ne pas y croire ? Il ne s’agit pas d’une interrogation pascalienne, mais une « simple » appréciation du risque.  Y-a-t-il un politique qui veuille courir le risque ? Apparemment oui, à constater le goût de la polémique de certains à la Chambre.

Qu’il y ait des débats de société au sein de cette honorable assemblée est normal et salutaire. Mais que l’on perde son temps à remettre en question l’énoncé d’un problème pour lequel l’important est de trouver une ou des solutions est préoccupant. Il y a urgence, pour le climat, pour la perte de biodiversité, pour les pollutions grandissantes, pour les problèmes énergétiques, pour l’alimentation, pour les pénuries de matières premières. Mais ces débats sont autrement plus compliqués que de lancer quelques saillies à l’égard de soi-disant ayatollahs environnementaux.  Tiens, le dogme de la croissance, un député saurait-il remettre cela en question ? Y a-t-il eu des débats ?

Que nos élus se triturent les méninges à bâtir des projets d’avenir, qui ne soient pas des resucées.

Il y a suffisamment de boulot pour ne pas passer son temps à discuter du sexe des anges.

Le collectif « Calvin & Hobbes ».

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de