Dans le bide à Gérard

« Et nous faire croire en tournant avec Delepine qu’un coeur social vibre encore derrière les excès et les turpitudes de l’homme… (…) Le problème, Gérard, c’est que tes sorties de route vont toujours dans le même fossé: celui du « je pense qu’à ma gueule », celui du fric, des copains dictateurs, du pet foireux et de la miction aérienne, celui des saillies ultralibérales… » Cette lettre à Depardieu est signée Philippe Torreton et est dans Libé de ce matin.

Posts récents

Voir tout