de dieu à vw

« J’ai le regret de vous informer que je ne crois pas en la Bible comme révélation divine, et donc pas en Jésus-Christ comme fils de Dieu ». Attendez avant de brûler votre quotidien favori ! L’aveu n’est pas de moi. Il est signé Charles Darwin dans une lettre à un de ses correspondants en novembre 1880. Si vous avez des doutes (à ce sujet), allez vérifier l’original qui vient d’être vendu 197 000 dollars lors des enchères de la salle de vente Bonhams cette semaine à New York. Cette excellente opération pourrait inspirer tous ceux qui ont des problèmes pour boucler leurs fins de mois. Evidemment, recopier cette déclaration et la faire signer du premier quidam venu ne suffit pas.

Il faut faire preuve d’un peu d’inventivité. Si vous parvenez à faire contresigner une copie de la lettre de Darwin par le pape François ou seulement le début du texte par le roi d’Arabie saoudite ou l’iman Khamenei, ce sera banco. En revanche, si vous ne parvenez qu’à convaincre Jacqueline Galant, vous risquez de ne pas recevoir même l’équivalent du prix d’un ticket Bruxelles-Jurbise (sauf si la ministre des gares ajoute en PS qu’elle s’engage à ne prendre qu’un aller simple sans retour en cas de réussite de la vente). Il faut aussi se montrer astucieux, profiter du bon moment pour obtenir la signature de personnalités plus difficiles à convaincre en d’autres temps. Tenez l’ex-patron de Volkswagen. Je suis certain que monsieur Martin serait prêt à signer cette semaine à peu près ce que vous voulez à propos de Dieu et de ses bienfaits. Juste pour en terminer avec son chemin de croix pourvu qu’on lui ôte les épines qui blessent ses pauvres pieds usés à force de pousser sur l’accélérateur. Dieu ? Il n’en a plus rien à faire. Ni de Son Livre, ni de son Fils. Au départ, il s’était pourtant montré parfait ouaille, respectueux et tout des textes sacrés. En boss méticuleux, n’a-t-il pas loué le Seigneur (avec option d’achat) pour bénir ses super dispositifs anti-pollution ? N’a-t-il pas respecté la Bible qui dit (Apocalypse, 11, 18) qu’il est « temps de détruire ceux qui détruisent la terre » ? C’était même ça le but de son petit dispositif magique. Indiquer aux humains que la terre était toujours verte, l’air toujours pur et la VW toujours au diesel. Mais Dieu avait manifestement la tête ailleurs quand les contrôleurs de l’environnement américains se sont penchés sur ses bagnoles. Dieu s’occupait peut-être de celles qui transportent les réfugiés en Europe (quoique …) ou Il s’inquiétait de l’absence prolongée de grèves aux TEC (entraînant une augmentation inhabituelle de carbone dans l’atmosphère wallonne). Depuis qu’on sait que Dieu existe et qu’il vit à Bruxelles, plus rien ne nous étonnera ici-bas.

www.berenboom.com

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de