Des bandes dessinées pour l’été (3) : Les Seigneurs de la terre


Cette série née il y a quelques mois aurait pu s’appeler «Les saigneurs de la terre». Car c’est bien de cela qu’il s’agit: l’exploitation de terres agricoles, par des agriculteurs (et non plus des paysans) réunis dans d’immenses coopératives (ici en Drôme, dans la région de Tain-L’Hermitage), à coups de pesticides et de produits phytosanitaires vendus par des multinationales (ici Misaint pour Monsanto). Comme l’explique l’un des personnages de l’album, «la COOP fait la fois le conseil et la commercialisation des produits de traitement. Un peu comme si les médecins vendaient les médicaments qu’ils prescrivent.»


Le scénariste Fabien Rodhain, qui vit en Rhône-Alpes, entre Lyon et Valence, est entrepreneur autour de ce que l’on appelle l’intelligence collective. Il fait des interventions auprès des entreprises et associations pour que les gens fonctionnent mieux collectivement, persuadé que c’est «l’une des clés d’un monde meilleur ». Il a d’ailleurs reçu le prix «Travail et bien-être» dans un festival d’entrepreneurs où a été également primé l’éditeur BD Jacques Glénat. Le cadet a proposé à son aîné un sujet BD qu’il avait en tête depuis longtemps et qui a directement été accepté. «Comme mon propos, dans mes ouvrages, est de transformer des faits réels en histoires pour parler au cœur autant qu’au cerveau, le passage à la bande dessinée m’est apparu comme une évidence», explique-t-il.


#FabienRodhain #Glénat #LesSeigneursdelaterre

Posts récents

Voir tout