Devoirs de vacances

Le Président avait décidé que l’été serait culturel ou ne serait pas. C’était le temps d’Avignon, et ce fut donc un festival.

Luc Chatel d’abord qui, à peine nommé à la double peine de porte-parole du gouvernement et de Ministre de l’Education nationale n’attendit pas la deuxième phrase de sa première intervention pour nous apporter la preuve de ses limites. Rapportant les travaux du premier conseil des ministres du nouveau gouvernement il nous infligea – sur le site de l’Elysée s’il vous plaît – un : « La catastrophe qui s’est produit… » Zéro pointé pour faute d’accord du participe passé.

Le Chroniqueur du mardi suggéra au Petit Châtelain, des devoirs de vacances obligatoires avec évaluation à la rentrée.

Quant à notre nouveau ministre de la Culture – en France, il y a des maisons pour ça – il avait de quoi exercer ses talents de Voix et de raconteur avec la mort de Michael Jackson et son catafalque exposé dans le monde entier. Au micro d’Apathie, l’intervieweur le moins dolent, Mitterrand Bis fut sans surprise sucré-lyrique et disert à souhait. Mais quand arrivèrent les questions de politiques, que l’on peut légitimement poser à un membre du gouvernement, Mitterrand le Petit se défaussa d’un « c’est compliqué ! » dédaigneux. Vous pouvez développer ? demanda l’intervieweur. Eh bien non, Sa Lippe ne daignerait pas, et ne trouva comme toute réplique qu’à renvoyer au dictionnaire.

Le Chroniqueur s’exécuta et trouva : « Compliqué : difficile à comprendre, à exécuter. » Pertinent ! Le métier de ministre est à l’évidence trop difficile à comprendre et à exécuter pour le Neveu.

Il fut condamné itou aux devoirs de vacances et à la lecture quotidienne de l’ouvrage devenu indispensable : « Gouverner pour les Nuls. » Le petit prof Kouchner aussi : à la radio, très docte et pétri de lui-même, il a expliqué aux Français les émeutes d’Urumqi dues aux « Yoghourts » (pour Ouïghours). Il connaît bien cette peuplade : c’est elle qui a envahi son cerveau.

Trois secrétaires d’Etat échappèrent cependant à tout faux pas lors de cette rentrée : Lefebvre, Poniatowski et Giaccobi. Il faut dire qu’ils ne restèrent au gouvernement que… trois heures. Et encore, de façon virtuelle. C’est en effet par erreur que le site du Premier ministre les avait fait entrer au gouvernement ! « Erreur de manipulation » a expliqué le service officiel. On ne peut pas mieux dire.

Jusqu’à mardi prochain !

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de