Du sacrifice de la conscience


Si le Rabbin Di Segni a tenu ces propos, c’est en réaction à la récente décision de Joseph Ratzinger de relancer le processus de béatification du Pape controversé, le Pape du Grand Silence. Ce processus, réouvert en parfaite contradiction avec les appels au dialogue entres les différentes communautés religieuses, se veut clairement un signal envoyé à l’aile droite du Clergé, son aile la plus traditionnaliste. A l’instar de la libéralisation de la messe en latin dès juillet 2007, de la levée de l’excommunication des quatre évêques lefebvristes en janvier dernier ou de la nomination de Mgr Léonard à la tête de l’Eglise catholique belge en ce début de semaine.

Notre propos n’est naturellement pas de porter un jugement historique sur l’action de Pie XII durant le premier tiers de son pontificat. La question de la légende noire née autour d’Eugenio Pacelli est bien trop complexe pour être traitée superficiellement. Quels auraient été les conséquences d’un abandon du silence, d’une condamnation de sa part, haute et claire, de l’extermination des Juifs par les Nazis ? Le nombre des victimes aurait-il été moindre ? Nul ne peut le dire.  Car si son silence, de 1939 à 1945, est incontestable, les aides apportées par l’Eglise à des Juifs Italiens, à des soldats en déroute, à l’opposition au régime mussolinien le sont tout autant. Nous commettrions donc une grave erreur en assimilant l’attitude de neutralité vaticane à une quelconque sympathie pour le régime national-socialiste allemand de l’époque.

Toutefois, comment ne pas pointer du doigt le maintien du silence après la guerre ? Alors que dès le début des années soixante, notamment avec la Conférence de Seelisberg, puis avec le procès Eichmann, l’opinion publique mondiale s’interroge, demande des comptes sur les rasions de l’atrocité, le Saint Siège, lui, se tait une nouvelle fois. Refusant obstinément de sonder sa conscience. Pire : pour contrer la demande de béatification de Jean XXIII par des évêques dits progressistes, Paul VI couple à celle-ci un processus similaire en faveur de Pie XII. Par souci de concilier la droite et la gauche, les conservateurs et les progressistes. Cette non-réflexion sur soi-même fut une erreur historique manifeste. Un rendez-vous manqué avec l’histoire.

Or, force est de constater aujourd’hui que les leçons du passé n’ont pas été tirées. Que les mêmes erreurs se répètent. Et pourtant : Rome ne sortirait-elle pas grandie en suspendant le procès en béatification du pape controversé et en s’interrogeant réellement sur son passé ? En levant le véto posé à la consultation de l’ensemble des archives disponibles sur la période concernée ? Ne le doit-elle pas à la communauté juive, mais aussi à une partie importante du monde catholique ? A l’histoire. A tous ceux qui, à défaut d’accuser, veulent comprendre, contextualiser, interpréter ce silence qui a peut-être sauvé des vies. Ou peut-être pas. Car nombreux sont ceux, catholiques et autres, qui ne pensent pas l’Eglise romaine digne de sacrifier, sur l’autel de basses visées politiques, le plus précieux de ses biens : sa conscience.

#BenoitXVI #catholicisme #MgrLéonard #PieXII

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de