Edouard Louis et Vincent Message : romanciers hors-cadres

Histoire de la violence, par Edouard Louis, Seuil, 230 pages, 18 € Défaite des maîtres et possesseurs, Vincent Message, Seuil, 298 pages, 18 €


Il y a deux ans, Edouard Louis a frappé fort avec son premier roman, En finir avec Eddy Bellegueule, devenu un grand succès critique et public. Il y détaille les souffrances, injures, humiliations et coups endurés par un enfant efféminé – lui-même – dans une famille ouvrière au cœur d’un village picard dans les années 2000. Car l’auteur, qui a dirigé en 2013 un ouvrage collectif consacré à Bourdieu, est né en 1992 et ce qu’il raconte, le rejet dont il a été victime parce que différent, ne date pas des années 50-60 (comme dans Retour à Reims de son prof à Amiens et mentor Didier Eribon), mais d’hier. Ce qui rend d’autant plus fort ce témoignage qui a donné lieu à une polémique, des journalistes du Courrier picard puis du Nouvel Observateur étant allés confronter sur place les dires du jeune homme à ceux de sa famille, amis, instits, etc.



#EdouardLouis #VincentMessage