Entre le Dalaï Lama et la Chine


C’est son traducteur en français, André Lacroix, qui m’a fait découvrir Tashi Tsering et le récit de sa vie. Un Tibétain qui, d’abord, rejette la société ancestrale, féodale et théocratique qui domine le Tibet avant l’arrivée de la Chine. Puis, après l’invasion, il part étudier en Inde, aux USA avant de revenir dans son pays pour y développer l’éducation, sans laquelle il est convaincu qu’il ne peut y avoir de développement et de liberté. Mais il est aussitôt arrêté et emprisonné. Deng Xiaoping le réhabilitera, et il ira s’installer à Lhassa où il continuera son travail d’éducateur, en multipliant les écoles primaires. Loin des caricatures qui placent d’un côté les “bons” dissidents, regroupés autour du Dhalaï Lama, et de l’autre les “mauvais” Chinois, ce récit permet de mieux comprendre la complexité d’une situation et d’un pays.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

Marcel Sel en « remueur d’idées »

Marcel Sel est ce qu’on appelle un influenceur. Et, en Belgique, il est l’un des plus lus. Ses avis sont débattus, parfois violemment, notamment parce que, refusant de crier avec certaines meutes appa