Est-il politiquement correct de se dire que

utiliser le prénom d’une personne, serait-elle un tueur, pour justifier un fatras raciste témoigne d’une perte de « repaire ». Que mes contemporains s’indignent d’une tuerie est normal, sain, humain. Que certains d’entre eux en profitent pour justifier le rejet, l’amalgame, la haine, dans des circonstances qui mériteraient plus de dignité, devraient pousser les humanistes à poursuivre intensément leur oeuvre.

Posts récents

Voir tout