Eternal by Branford Marsalis


Le saxophoniste américain Branford Marsalis a composé “Eternal” pour toutes les femmes qui le remercient, après le spectacle, des émotions ressenties lorsqu’il leur interprète de douces ballades.

Un fait est certain, Marsalis aime et comprend les femmes, car rarement un album ne leur a aussi bien parlé. Sans jamais tomber dans la guimauve romantique, cet enregistrement est d’une exceptionnelle pureté et sensualité. A ce stade, ce n’est plus de la musique mais un chant d’amour, une ode à la beauté de la femme : huit morceaux finement ciselés, le son du saxophone aussi léger qu’un voile emporté par la brise, un souffle chaud et délicat, chuchotant ses notes avec la même tendresse que des mots susurrés à l’oreille.

Même le pianiste Joey Calderazzo et le batteur Jeff Tain Watts, pas réellement connus pour faire dans la dentelle, en ont le souffle coupé et se la jouent moderato, totalement sous le charme de Branford Marsalis.

Eternal est un album qui surprend par sa beauté et par les grandes qualités musicales de ses interprètes. Et il faut écouter ”Gloomy sunday“ ou “Eternal“ pour définitivement savoir comment parler d’amour à une femme.

Dans la complicité de moments volés dans un hôtel ou dans la sérénité partagée d’un coucher de soleil sur les rives du Nil. Pour une Femme éternellement belle.