fatum



Hier soir, il y avait du foot à la télé. Le premier match des Diables Rouges pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de 2022. Des millionnaires en short dans un stade vide, criant, s’insultant. Hier midi, il y avait une énième réunion du comité de concertation pour pérorer au sujet de la vague Covid du printemps 2021. Des politiciens en costume devant un parterre vide, criant, nous insultant. Hier, il y avait surtout l’annonce de la fermeture des écoles – cours de récréation vides, plus de joie, plus de rires, plus d’éducation, plus de partage, l’enfance et la jeunesse bafouées. Ce pays est petit par la taille et les décisions qui y sont prises. Ce pays est petit par son goût du confort et de la position pépère. Le discours des politiques et des virologues est devenu une chanson inaudible. Le moment est venu de changer la donne. Proposer autre chose. Faire table rase. Oublier l’habitus de la particratie et de l’expertise. Toutes les conditions sont réunies pour opérer un virage radical. Agir. Autrement. Maintenant. Parce que demain sent le moche, le dur, la désolation. Parce que demain les enfants seront grands et amers. Parce que demain la classe moyenne sera laminée et les démunis encore plus paupérisés. Où est la hauteur d’esprit ? Où est la clairvoyance ? Les décideurs, dans toutes leurs projections pessimistes, ont négligé de considérer l’essentiel : le fatum. Le destin, la fatalité, notre marche inéluctable vers le mystère. Il n’y a rien de négatif à considérer que des forces nous sont supérieures. Mais nous surprotéger en nous empêchant est dénué de sens. Un peu de cran, un peu de courage ! C’est beau, une vague. Ne faut-il pas simplement la laisser passer ? La regarder s’écraser sur la plage, mourir dans sa propre écume. Laisser passer et advienne que pourra. Vivre en phase avec notre fatum, en pleine conscience de notre condition humaine périssable. Hier soir, il y avait des cris d’enfants dans mon cœur. Hier soir, il y avait des larmes dans mon verre. J’ai fait cul sec… et j’ai attendu la nuit.

Photo : Unsplash

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

du vent dans les voiles

Dès que l’on parle du voile, on se prend le pied dedans et on s’étale. On l’a encore vu ces derniers jours à la suite d’une querelle hypocrite sur l’opportunité pour la STIB de faire appel d’une décis

il est passé par ici, il repassera par là

Z'avez pas vu Jürgen?/ Oh la la la la la/ Où est donc passé ce chien ?/Je le cherche partout/ Où est donc passé ce chien ?/Il va me rendre fou/Où est donc passé ce chien ?/ Oh, ça y est, je le vois/V

la pluie fait des claquettes

Jadis, les vieux grognons disaient des jeunes troublions « il leur faudrait une bonne guerre ! » Maintenant, alors que le feu brûle un peu partout sur la planète, on a envie de crier aux excités de to