fatum



Hier soir, il y avait du foot à la télé. Le premier match des Diables Rouges pour les éliminatoires de la Coupe du Monde de 2022. Des millionnaires en short dans un stade vide, criant, s’insultant. Hier midi, il y avait une énième réunion du comité de concertation pour pérorer au sujet de la vague Covid du printemps 2021. Des politiciens en costume devant un parterre vide, criant, nous insultant. Hier, il y avait surtout l’annonce de la fermeture des écoles – cours de récréation vides, plus de joie, plus de rires, plus d’éducation, plus de partage, l’enfance et la jeunesse bafouées. Ce pays est petit par la taille et les décisions qui y sont prises. Ce pays est petit par son goût du confort et de la position pépère. Le discours des politiques et des virologues est devenu une chanson inaudible. Le moment est venu de changer la donne. Proposer autre chose. Faire table rase. Oublier l’habitus de la particratie et de l’expertise. Toutes les conditions sont réunies pour opérer un virage radical. Agir. Autrement. Maintenant. Parce que demain sent le moche, le dur, la désolation. Parce que demain les enfants seront grands et amers. Parce que demain la classe moyenne sera laminée et les démunis encore plus paupérisés. Où est la hauteur d’esprit ? Où est la clairvoyance ? Les décideurs, dans toutes leurs projections pessimistes, ont négligé de considérer l’essentiel : le fatum. Le destin, la fatalité, notre marche inéluctable vers le mystère. Il n’y a rien de négatif à considérer que des forces nous sont supérieures. Mais nous surprotéger en nous empêchant est dénué de sens. Un peu de cran, un peu de courage ! C’est beau, une vague. Ne faut-il pas simplement la laisser passer ? La regarder s’écraser sur la plage, mourir dans sa propre écume. Laisser passer et advienne que pourra. Vivre en phase avec notre fatum, en pleine conscience de notre condition humaine périssable. Hier soir, il y avait des cris d’enfants dans mon cœur. Hier soir, il y avait des larmes dans mon verre. J’ai fait cul sec… et j’ai attendu la nuit.

Photo : Unsplash

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

rule, britannia!

Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui e

et avec ca, emballage cadeau,

Dans le monde politique flamand, certains ne comprennent pas que les dirigeants wallons fassent la fine bouche devant la proposition de leur ministre-président d’accorder un prêt à la Wallonie pour ta

mutti & mutti

Ma chère tante Herta avait imposé à son mari la présence de sa mère. On l’appelait tous Mutti. Je ne lui ai jamais connu d’autre nom. C’était une espèce de sergent-major de l’empereur Guillaume II, fi