Faut qu’ça saigne !


Je ne me rappelais pas combien Vian pouvait être cruel ! Dans la foulée de L’écume des jours, je lance l’audition de L’arrache-cœur dans la voiture, avec Arthur… qui réclame rapidement l’arrêt de cette histoire terrible ! J’ai poursuivi tout seul et j’ai savouré… Fanny Contençon est parfaite, quoique parfois un peu trop dans le chuchotement, et ce roman n’a rien perdu de sa force, de son mordant. Le monde que stigmatisait Vian ressemble encore et toujours terriblement au nôtre — et peut-être plus que jamais… Qu’aurait-il écrit aujourd’hui ?

Ecoutez un extrait.