Focus BD (1) : « Un certain Cervantès » de Christian Lax


L’album est plus petit que le format BD standard, plus épais aussi avec ses deux cents pages. Et il est en noir et blanc. C’est ce que, dans le jargon du 9ème art, on appelle un roman graphique. Et c’est le dernier-né de Christian Lax, un auteur précieux entre tous, dessinateur des Oubliés d’Annam et d’Azrayen’ sur des scénarios de Giroud (l’homme du Décalogue et de Quintett) et auteur complet du Choucas, polar joyeusement décalé, et, surtout, de quelques-uns des meilleurs albums de ces dernières années: L’Aigle sans orteils, L’Ecureuil du Vel’d’Hiv et les deux tomes du Pain d’alouette, trilogie à conseiller chaudement même aux non-lecteurs de bandes dessinées tant il s’en dégage une puissance à la fois graphique et émotionnelle à laquelle il est impossible de ne pas succomber.

Cet Un certain Cervantès, au demeurant excellent et revigorant en ces temps d’ultralibéralisme, d’égoïsme et de repli sur soi triomphants, est d’une toute autre facture. S’inspirant de Cervantès, le vrai, qu’il remercie en tant que «précurseur facétieux de la liberté d’expression», le dessinateur imagine un Américain dénommé Mike Cervantès qui finit par croire que leur homonymie patronymique n’est pas que le fruit du hasard. Nous sommes en 2008. Seul survivant en Afghanistan d’une attaque de talibans qui le prennent en otage, il finit par rentrer chez lui, mais une main en moins. Alors il se cache, dans l’attente d’une prothèse. Et comme c’est un grand nerveux, il a quelques bricoles avec la police qui, s’en fichant comme d’une guigne de son passé de vétéran, à l’instar d’ailleurs de quasiment tous ses compatriotes, l’envoie derrière les barreaux. Où, responsable de la bibliothèque, il découvre Don Quichotte ainsi que la vie de son auteur ibère qui, s’aperçoit-il, a lui aussi perdu l’usage d’un bras lors de la bataille de Lépante en 1571 où il combattait avec l’armada chrétienne, avant d’être lui aussi capturé. Et il a ensuite également connu le cachot espagnol où il en a profité pour écrire les aventures de son ingénieux hidalgo.


Inquisitions multiples. «C’est un livre anti plein de choses, explique son auteur. Je voulais parler des inquisitions d’aujourd’hui qui font écho à celle du XVIe siècle. On assiste à un retour des fondamentalismes religieux, des intégrismes, à une censure autour des livres, à l’inquisition du capitalisme et de l’ultralibéralisme dans nos vies avec des dégâts considérables. Et les nouvelles technologies sont une nouvelle inquisition. Nos comportements et nos consciences sont de plus en plus sous contrôle.»

Etats-Unis. «Depuis près de dix ans, je voulais traiter du donquichottisme aujourd’hui. C’est à la suite d’un voyage aux Etats-Unis que j’ai ressorti ce projet. J’avais une furieuse envie d’en dessiner les paysages et la crise des subprimes et la remise en cause de Darwin sont venus conforter mon propos. Les travers de cette loi de la jungle provoquée par l’ultralibéralisme y sont plus forts que chez nous. Et il y a une similitude entre les croisades menées par Philippe II d’Espagne auxquelles a participé Miguel de Cervantès et celles que mènent les Etats-Unis au Moyen Orient.»

Posts récents

Voir tout