Focus BD (5) : Canardo traîne ses palmes au Belgambourg


J’ai connu l’inspecteur Canardo à ses débuts, soit dans ses Premières enquêtes parues en 1979 chez Peperland à Bruxelles, devenu le numéro 0 dans la série, soit, deux ans plus tard, avec Le Chien debout, je ne m’en souviens plus précisément. Et je ne l’ai quasiment jamais lâché depuis, me rappelant notamment que son père fictionnel a été l’un des premiers auteurs BD a recourir à l’ordinateur dans son travail, créant même un jeu vidéo, L’Amerzone, à la fin des années 1990.

Ce 23ème épisode, Mort sur le lac, montre que Benoît Sokal n’a rien perdu de son inspiration. Contacté par une jeune femme (?) (tous les personnages sont des animaux, même s’il est parfois difficile d’en définir le type) retrouvée amnésique par un taciturne pêcheur d’anguilles sur les bord du lac qui sépare le duché du Belgambourg du reste du monde, il va mettre ses palmes dans une enquête des plus nauséabondes, et «humainement» dramatiques. Il est en effet question de «hordes» d’immigrées qui, chassées de Wallonie par le chômage et la pauvreté, s’en vont tenter leur chance sur ce riant territoire qui, comme le rappelle à juste titre sa dirigeante, est plutôt habitué à accueillir comme réfugiés politiques des «rentiers cossus» venus y chercher la «quiétude fiscale». Canardo croise un policier belge doté «d’un pédigrée de première bourre» que les lecteurs de la série connaissent bien, Eugène Garreni, tiré de sa retraite aussi pluvieuse qu’ennuyeuse pour, comme il le dit lui-même, «mettre fin à l’immigration clandestine». Il travaille «main dans la main» avec le petit-neveu de la duchesse, le baron Ferdinand, qui sillonne le plan d’eau frontalier de jour comme de nuit à bord de son yacht. Cette enquête délicate, à laquelle prend part un journaliste de Walloniapart dont les bureaux sont à Namur, émoustille quelque peu notre canard (l’amnésique est une bien jolie personne, surtout au naturel), qui n’en demandait pas tant. Elle trouvera sa résolution dans l’épisode suivant. Comme toujours, les dialogues sont fignolés avec soin (on dirait parfois de l’Audiard dans le texte) et le dessin de grande qualité.

#BenoîtSokal #Canardo

Posts récents

Voir tout