Geste humanitaire

Comprenons bien les raisons du ministre de la défense Pieter « Rambo » De Crem avant de le critiquer.

Si le président Sarkozy a pu faire défiler l’armée allemande sur les Champs Elysées, pourquoi pas des soldats congolais sur la rue Royale ?

Il faut rester cohérent. On ne peut accuser l’armée congolaise d’être incapable de mater quelque rébellion ou désordre que ce soit, la soupçonner de crimes, de tortures et de viols et accepter qu’elle poursuive ses méfaits. Dès lors l’idée de l’emmener en Belgique est tout simplement un geste humanitaire, l’un des rares que la Belgique a posé au Congo depuis longtemps (quand on y réfléchit bien, à moins d’un trou de mémoire, je n’en vois guère d’autre tout au long de notre tumultueuse histoire commune).

Tant que les pioupious de Kabila resteront à Bruxelles, il y a peu de danger que les massacres se poursuivent dans l’est du Congo.

C’est pourquoi je dis à M. De Crem : bravo et merci ! Son prédécesseur, Dédé Flahaut, avait été accusé de transformer nos troufions en bonnes d’enfants et en porteurs de valises pour les GONG (les gentilles ONG). Et Louis Michel d’apporter tant d’amour à nos ex-compatriotes qu’ils en mourraient étouffés. Rambo se propose de faire mieux, beaucoup mieux. Sauver la population civile des exactions de ces soudards.

Ce qui suppose évidemment qu’arrivés le 20 juillet, on ne les renvoie pas dans leur amère patrie le lendemain. Pas question d’aligner la durée de leur séjour en Belgique sur celle du roi en RDC.

Mais qu’en faire alors sans les vexer ?

Le Musée Magritte, la Cinématek, le musée de la mode à Anvers, le musée Tchantchès à Liège ? Non, ce n’est pas un bon plan. Le musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren ? Difficile de faire défiler ces braves garçons devant des vitrines qui montrent les bienfaits de la colonisation belge et l’œuvre civilisatrice de nos missionnaires. Pas plus malin de leur montrer les somptueuses réalisations de Léopold II (quoi que le palais de justice soit justement à la recherche de candidats acquéreurs). Reste le musée de la Bière, toujours assuré d’un franc succès. Mais on en a vite fait le tour même avec la séance de dégustation.

Je ne vois alors qu’une seule façon de prolonger leur pause dans notre beau pays : leur proposer de troquer leurs uniformes de soldats congolais contre ceux de policiers de Bruxelles. Justement, depuis les derniers incidents qui ont fait monter l’angoisse de nos concitoyens, l’idée de renforcer le nombre de gardiens de la paix était dans l’air. Des nouveaux flics, pas chers, qui savent exactement comment traiter les voyous et leur donner un encadrement militaire ?

Bravo, Rambo, vous méritez de devenir président de l’ONU.

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de