Grand Pardon

On a cru longtemps que le clonetje de Nicolas Sarkozy en Belgique s’appelait Didjé Reynders. Mais, depuis que son ami Nicolas a coulé à pic dans les sondages, le grand bleu a pris prudemment ses distances avec lui. Et on découvre avec surprise que le président français a trouvé un nouvel émule dans notre pays, inattendu, monseigneur Léonard. Depuis le ravalement de façade du parti de Joëlle Milquet et l’oubli de la référence chrétienne au fronton de sa petite mais coquette boutique, l’archevêque de Malines-Bruxelles ne savait plus à quel sein se vouer. Il a choisi celui de Sarkozy. Oui, rappelez-vous ce que proclamait le petit Nicolas : jamais je ne demanderai pardon. Pour rien ! Quoi que je fasse ou qu’ait fait la France en métropole ou en Afrique. La pénitence, c’est fi-ni !   L’évêque de Cloyne, secrétaire de trois papes, s’était publiquement repenti de la gestion des faits de pédophilie dans son diocèse irlandais et il avait renoncé à sa charge. Le pape Jean Paul 2 a demandé pardon pour bien des méfaits de l’église, l’Inquisition, l’antisémitisme et beaucoup d’autres dont on ne savait pas qu’elle en était responsable. Même Benoit XVI a présenté ses excuses pour les crimes pédophiles lors d’une messe sur la place Saint Pierre en juin dernier – avant que le scandale belge ne soit connu.   Avec monseigneur Léonard, changement de cap, révolution copernicienne. L’église de Belgique fait sécession – c’est à la mode chez nous. La politique de Rome n’est plus en odeur de sainteté à Bruxelles-Malines. Désormais, c’est Sarkozy le guide suprême. La pénitence, c’est fin-ni ! Le président français a compris que demander pardon, c’est reconnaître une faute, transformer le statut de plaignant en celui de victime. Avec pour conséquence l’obligation de les indemniser. L’église américaine en sait quelque chose qui, paraît-il, n’aurait plus que ses yeux pour pleurer vu le nombre de pédophiles qui hantaient ses rangs.   Certes, l’église belge est plus à l’aise : tant que le pays n’est pas scindé, elle dépend du contribuable. Mais il faudra un gros effort de communication pour que le citoyen considère comme un devoir civique de couvrir par ses impôts (ou une contribution spéciale de crise ?) les dommages et intérêts dus aux victimes des curés pédophiles alors qu’un chèque de vingt cinq milliards va arriver à échéance un de ces jours et que plus personne ne semble avoir envie de gérer les affaires de notre état. Reste à l’église à revenir à ses origines : la religion juive fête aujourd’hui le jour du grand pardon (Yom Kippour), on efface toutes les fautes de l’année précédente et on repart à zéro.  Mais cela suppose hélas qu’on éprouve une sincère repentance, c’est-à-dire qu’on avoue ses mauvaises actions et qu’on les regrette.

#MgrLéonard #pédophilie

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de