Grandiose et intimiste concert de Michel Legrand à Dinant!

A quoi pouvait être dûe cette douce sensation de plénitude ressentie lors du concert du pianiste Michel Legrand, dans la collégiale de Dinant en ouverture des Dinant jazz nights, le 14 juillet 2011?

Peut-être au fait de voir enfin, d’écouter avec grand plaisir cette légende vivante, ce compositeur de chansons, de musiques de film qui a accompagné et écrit pour les plus grands du jazz: de Miles Davis, John Coltrane, Ray Charles à Bill Evans et Stan Getz en passant par Barbra Streisand! Et tant d’autres et tant d’autres ….

Ou était-ce dû à son répertoire, qui à lui seul remplit plusieurs pages des plus belles mélodies de la chanson française, starifiées en standards internationaux avec les années (quand ça balance, un été 42, la valse des lilas, les parapluies de Cherbourg).Et tant d’autres et tant d’autres…..

Bien sûr, il y a un peu de tout cela, mais cette douce sensation de bien être provenait certainement de la sérénité de ce grand – et pas tout jeune- Monsieur de la Musique. A cette délicate habitude d’inviter le public à partager petite histoire et anecdotes des morceaux interprétés de sa voix rocailleuse, parfois pressée, parfois zozotante mais qui a exprimé avec tant de force et de romantisme tout ce que depuis la nuit des temps un homme et une femme peuvent vivre ensemble.

Michel Legrand n’était pas venu seul mais accompagné de son épouse, la harpiste Catherine Michel, grande dame du classique. Et il était surprenant de voir l’oeil attentif, parfois inquiet, mais toujours complice qu’il lui jetait subrepticement pour comprendre que malgré des milliers de concerts, les grands restent grands, mais aussi modestes, prudents, et toujours respectueux du meilleur à offrir au public.

Cette soirée fut grande, pour ne pas dire grandiose à l’image de la beauté de l’endroit avec un moment de magie, d’événement unique et inattendu lorsque Kenny Werner, autre grande nom du piano jazz, a rejoint le célèbre compositeur pour un duo tout en douceur, en joie, en complicité et en respect total.

Comme toutes les bonnes choses ont une fin, c’est sous un tonnerre d’applaudissements que Monsieur Michel Legrand a quitté la Collégiale. On a refermé les parapluies de Cherbourg, les demoiselles de Rochefort ont plié bagage à nouveau et les moulins de mon coeur -eux- ont continué à tourner. Big soirée. Merci l’artiste!<