• alain

hong kong blues

Mis à jour : 29 juin 2019



« J’ai besoin que quelqu’un me prête cinquante dollars et je pourrai quitter Hong Kong avec plaisir » chantait déjà Hoagy Carmichaël dans « Le Port de l’Angoisse » devant Humphrey Bogart et Lauren Bacall.

Pendant « l’âge d’or » de la colonie britannique puis depuis la restitution à la Chine du territoire, les habitants sont protégés par un système de libertés légales, politiques et financières (garanti jusqu’en 2047). Façon de conserver précieusement l’image d’indépendance de cette île-éponge qui, pendant près de quatre-vingts ans, a attiré les investisseurs du monde entier en faisant semblant de ne pas voir que leur argent était aussitôt investi pour développer la Chine rouge.

Mais le masque est sur le point de tomber. Peu à peu, l’étau se resserre sur le territoire supposé autonome. Le gouvernement chinois ayant créé d’autres centres financiers pour attirer les capitaux étrangers (à Shenzhen par exemple), l’ancienne colonie ne sera bientôt plus aussi utile. Les citoyens de l’île le sentent bien, leurs jours de liberté sont comptés. Lorsque le colonisateur britannique a renoncé à sa souveraineté sur le territoire, il ne l’a pas rendu libre mais l’a précipité aux mains d’un nouveau colonisateur.

Dans un roman publié il y a deux ans, « Hong Kong Blues » (éd. Genèse), j’évoquais la grande mélancolie des habitants du « Port aux Parfums » pendant que la violence commençait à couver dans le territoire. « No future », telle est la seule perspective de ses habitants. Qui vivent la fin de leur monde entre fièvre technologique et immobilière et nostalgie de l’esprit suranné et de la culture vintage british.

La révolution des parapluies en 2014 avait déjà mis en cause le système hypocrite de désignation des dirigeants de l’île, manipulée directement par Pékin. Mais surtout, les jeunes Chinois de Hong Kong (qui rejettent la Chine continentale surtout depuis la main mise de Xi Jinping) n’avaient pour seule perspective que de quitter l’île pour rejoindre l’Australie, le Canada, la France ou les Etats-Unis. Les jeunes filles en mettant le grappin sur des expatriés occidentaux dont elles espèrent qu’ils les ramèneront dans leurs valises. Et les jeunes gens en proposant leurs services (notamment de traders) dans les places financières de l’ouest.

Après les manifestations d’il y a cinq ans qui dénonçaient l’effritement de la démocratie politique, les nouvelles démonstrations où les habitants sont venus en masse (plus de deux millions de personnes dans les rues) montrent la fragilité des institutions judiciaires de Hong Kong soi-disant indépendantes.

Aujourd’hui, ce n’est plus du cinéma. Le Port aux Parfums est devenu le Port de l’Angoisse mais les fantômes de Bogey et de Lauren Bacall se sont évanouis.

www.berenboom.com

3 vues

Posts récents

Voir tout

dans les bagages de kamala

Elles sont enfin là, les femmes noires américaines, sous les spots et au premier rang. L’arrivée de Kamala Harris à la Maison Blanche met en lumière toutes ces femmes qui ont, parfois de façon souterr

remede a l'incertitude

Regardez les exploits de l’industrie spatiale. Des sondes vers Jupiter qui tournent autour de ses satellites pour chercher des traces de vie, une autre jusqu’à Pluton, aux confins du système solaire.