Huis-clos en haute mer


Poisson est le deuxième roman de l’écrivain néerlandais Anton Valens après Homme de ménage (Actes Sud, 2010). Son narrateur, jeune peintre au chômage, suit son ami Fred sur le chalutier de son père pour une campagne de pêche d’une semaine. Mais la confrontation entre cet artiste sans succès, qui ne sait pas trop comment mener sa vie, et le monde des marins va être rude. Regardé de travers par les pêcheurs, ainsi que par le père de Fred, et même par Fred lui-même, qui n’hésitent pas à le rudoyer même s’il fait des progrès il a du mal à s’adapter à une vie si éloignée de la sienne et qui, tout compte fait, ne lui plaît guère. D’autant plus que l’entente au sein de l’équipage n’est pas toujours au beau fixe, loin s’en faut. Se basant sur une solide documentation, principalement sur la façon dont sont «étripés» les poissons, l’auteur construit un huis-clos d’autant plus oppressant que l’ambiance à bord est lourde de regards torves, de silences pesants ou de paroles blessantes.

Posts récents

Voir tout

NOUVEAU SITE

Cela fait de longues années que ce blog n’a pas été mis à jour. Non que ce soit une obligation ; mais là, vraiment, il était temps. Il n’y aura plus de nouveaux articles sur ce site. Je vous invite à

michaël, l’espiègle

Dans une belle lettre d’adieu à son coéquipier Michael Goolaerts, le triple champion du monde de cyclo-cross Wout Van Aert écrit qu’il ne faudra jamais oublier Michael, ce gars espiègle avec son étern

Anvers et contre tout

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de