Il faut

Sans verser dans la démagogie, il faut souligner que le président de l’Uruguay, élu en 2010, reverse 90% de son salaire (de 9.300 euros net par mois) à une organisation d’aide au logement, et que, plutôt qu’un Palais présidentiel, José Mujica occupe une ferme délabrée. Il ne s’agit apparemment pas, pour cet ex-Tupamaro, de flatter son électorat de base : il est vrai qu’il a été emprisonné pendant 14 ans, et qu’il a donc appris à se contenter de peu. Naturellement, c’est une exception ; mais de quelle règle exactement ?

Posts récents

Voir tout