Il faut

Il faut espérer que le camouflet subi par David Cameron, mis en minorité au Parlement de Londres sur la participation de la Grande-Bretagne à des frappes en Syrie, ne va pas entraver sa position de fermeté sur le conflit à Gibraltar. Car, si le gouvernement espagnol trouve dans les tensions autour du Rocher un dérivatif bienvenu (notamment quant aux soupçons de financement occulte qui pèsent sur certains de ses membres, Mariano Rajoy en tête), il n ‘y a aucune raison que le 10 Downing Street ne puisse les utiliser pour créer ses propres diversions…

Posts récents

Voir tout