Il faut

Qui sait ? Le suicide d’un pharmacien grec de 77 ans, Place Syntagma à Athènes, pourrait avoir le même impact que celui de Jan Palach, à Prague en 1968. Ici aussi, il s’agit de protester contre une « force d’occupation » et des « traîtres que les jeunes pendront par les pieds », selon la lettre retrouvée sur lui. Pour ce vieux monsieur, c’était la seule manière de préserver sa dignité. Mais il faut craindre que, en attendant de concrétiser ce signe précurseur, les Grecs procèdent à une sorte de suicide collectif, un à un.

Posts récents

Voir tout