Il faut

Quitte à laisser son nom dans l’Histoire, il ne faut pas s’appeler Geir Haarder. Cet ancien Premier Ministre islandais, en poste lors de l’effondrement du système bancaire en 2008, se présente seul (alors que 147 personnes étaient impliquées) devant une Haute Cour, et risque jusqu’à deux ans de prison. Comme à l’époque, il temporise : affirmant qu’il est facile de pointer les responsabilités après coup. D’où le verbe que les islandais ont forgé :  « geirhaarder » – faire le dos rond en attendant que cela passe, alors comme maintenant…

Posts récents

Voir tout