Il faut

être clair : en dépit de l’animosité que peuvent susciter les positions sur les plans institutionnel et socio-économique (celles-ci alignées sur les recettes à trancher dans le vif du patronat flamand) de Bart De Wever, je dis avec calme et détermination que, en tant que francophone (contrarié, comme on le dit des gauchers), je ne voudrai jamais être « défendu » par Olivier Maingain ; qui n’est même pas un pis-aller.

Posts récents

Voir tout