Il faut

tenir le décès d’Edouard Glissant, « écrivain ethnologue de soi-même », comme une perte majeure sur le territoire de la diversité. En même temps, la « créolisation du monde » qu’il invoquait (et qu’il opposait à la « négritude » de Senghor et Césaire, s’est imposée dans le paysage littéraire, comme on le dirait des « pays émergents ». « Nos barques sont ouvertes, pour tous nous naviguons… ».

Posts récents

Voir tout