Il faut

vanter l’à-propos de Noursoultan Nazarbaïev, le président du Kazakhstan : en laissant se développer le projet de référendum proposé par ses partisans et qui prolongerait d’office et sans élections son mandat jusqu’en 2020 au moins (faisant ainsi économiser les coûts de scrutins aux résultats connus d’avance), il rassure les investisseurs étrangers, soucieux de stabilité dans l’exploitation des ressources du pays – et où lui-même prélève sa part.

Posts récents

Voir tout